SNALC - ACADEMIE DE LYON

 

http://snalc.lyon.free.fr

 

A NOTER !

La réforme de la voie professionnelle, c'est NON !

Il en est de même pour celle du lycée !

Le SNALC s'est également opposé au PPCR et à la réforme du collège.

 

Adhérer au SNALC

+ Qui sommes nous ?
+ Comment adhérer
+ Un syndicalisme professionnel

Votre carrière

+ Nos guides
+ Personnels enseignants du premier degré
+ Personnels enseignants du second degré : Mutations
+ Personnels enseignants du second degré : Stagiaires
+ Personnels enseignants du second degré :

Nous contacter

Présidente d'honneur:

 Annick Richard

Président académique:

Christophe Paterna
61 allée de la font bénite
42155 saint Léger sur Roanne
06 32 06 58 03

Vice-président académique:

Didier Gallant

04 77 72 46 29

snalc-lyon@orange.fr

 

Secrétaire Académique :

Olivier Gay

snalc-lyon@orange.fr

 

Trésorière Académique :

Sylviane Arweiler

36, Avenue du château

69003 Lyon

04 72 33 21 16

arweiler.snalc@wanadoo.fr

 

SNALC ECOUTE :

01 84 60 89 87

snalc.ecoute@gmail.com

Gestion des agrégés (et PRAG):

Didier Gallant

04 77 72 46 29

Gestion des certifiés (et PRCE) :

Sylviane Arweiler

04 72 33 21 16

arweiler.snalc@wanadoo.fr

Christophe Paterna

06 32 06 58 03snalc-lyon@orange.fr


 

 

news.gifNouvelles


Communiqué de presse du 6 novembre 2019 - par Paterna le 06/11/2019 - 21:37

ÉDUCATION PRIORITAIRE : NE PAS ÉPUISER

LES COLLÈGUES




Le SNALC a pris connaissance du rapport Missions territoires et réussite paru le mardi 5 novembre.

Parmi les 25 propositions émises par cette mission, certaines sont intéressantes alors que d'autres nous laissent plus que dubitatifs, notamment celle sur le devenir très flou des REP. Le SNALC s’inquiète particulièrement de la sixième mesure visant à « Adosser la troisième tranche de revalorisation de la prime REP+ à la participation au dispositif de formation à la difficulté sociale et scolaire hors temps scolaire »

Sous prétexte de valorisation de l’investissement collectif des équipes, l’heure de la fin des « vacances » a sonné. Cette dernière partie de la prime REP+ joue donc le rôle de ballon d’essai pour une destruction de nos conditions de travail et de notre statut. S'il est évoqué « la nécessité de ne pas empiéter sur le temps directement consacré à des élèves et familles », l’impasse est faite sur le temps consacré par les professeurs à la préparation des cours, et aux corrections pendant ces périodes de « vacances ».

Le SNALC, conscient des difficultés que peuvent rencontrer les professeurs en REP+, soutient l’idée d’une formation adaptée aux spécificités de ces établissements. À condition que ce soient des formations de qualité, pragmatiques, cohérentes, et surtout, SUR temps scolaire.

Contacts :
Roland HESSE, responsable national SNALC Éducation prioritaire, rep@snalc.fr
Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr

Communiqué de presse du 18 octobre 2019 - par Paterna le 18/10/2019 - 16:29

Rémunérations
le SNALC attend des réponses claires
La principale revendication du SNALC n'a pas changé : nous demandons la revalorisation des métiers de l'Éducation nationale et du Supérieur, pour tous les personnels, que ce soit par le dégel du point d'indices, la hausse des indices dans les grilles et/ou l'augmentation de la part fixe des indemnités.

Le SNALC a pris note du calendrier de négociations proposés par le ministre de l'Éducation nationale, qui a notamment fixé une réunion le 7 novembre.

Le SNALC jouera la carte du dialogue jusqu'à cette date. En fonction de ce qui sera mis sur la table le 7 novembre, il se prononcera sur sa participation ou non à la grève du 5 décembre.

Contact : Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr , 06 16 72 86 56

Communiqué de presse du 14 octobre 2019 - par Paterna le 15/10/2019 - 12:50

Violence et chiffres :

on ne vous dit pas tout








Le 13 octobre dernier, le ministre de l’Éducation nationale déplorait 20 à 30 incidents graves par jour dans les établissements scolaires. Dans le même temps, il annonçait son intention de « publier les chiffres de la violence scolaire département par département ».

Poussé par la vague de violences physiques et psychologiques dont sont victimes les personnels de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer affiche une volonté de clarté.

Nous sommes dubitatifs pour plusieurs raisons. Tout d’abord, sur les chiffres annoncés. Est-il question de 20 à 30 incidents graves par jour ou alors de 442 incidents graves chaque jour dans les collèges et lycées, selon le résultat d’une enquête publiée le 20 septembre 2017 ?

De la même façon, est-ce que le ministère va revoir sa présentation du nombre d’incidents graves déclarés ? Car actuellement, on présente le nombre d’incidents pour 1000 élèves plutôt que de donner le nombre exact. Cela donne une énième impression de vouloir diluer la réalité.

Enfin, Le SNALC demande au ministre de lancer dans une étude nationale des burnout et suicides chez les personnels de l'Éducation nationale.



Paris, le 14 octobre 2019
Contact :
Maxime REPPERT, secrétaire national chargé des conditions de travail et du climat scolaire, conditionsdetravail@snalc.fr

Communiqué de presse du 10 octobre 2019 - par Paterna le 10/10/2019 - 16:07

Réforme du lycée :

le SNALC ne veut pas d'un comité de suivistes








Le SNALC a participé hier à la réunion du comité de suivi de la réforme du lycée. Grâce à une enquête menée auprès de ses adhérents, il a pu informer les membres du comité des conditions réelles dans lesquelles s'est passée la rentrée.

Les chiffres sont sans appel : dotations horaires en diminution, augmentation de l'amplitude des journées et du nombre de « trous », moins de demi-journées libérées, spécialités placées le mercredi après-midi, surcroît de travail des proviseurs adjoints, effectifs en hausse dans les disciplines de tronc commun… la mise en œuvre de la réforme s'accompagne d'une importante dégradation des conditions de travail des personnels. Plus que jamais, le SNALC alerte sur le fait qu'il convient de freiner avant d'arriver dans le mur.

Le SNALC a porté la parole des collègues en demandant clairement qu'il n'y ait pas d'abandon de la troisième spécialité en fin de première. Si nous avons obtenu que la question soit traitée lors de la prochaine réunion du 11 décembre, nous sommes plus qu'inquiets du fait qu'il nous a été répondu qu’il ne se s’agissait pas pour le comité de remettre en cause les fondements de la réforme.

Le SNALC n'est pas là pour accompagner la réforme : il est là pour porter les revendications majoritaires des collègues. Et si celles-ci vont à l'encontre de la réforme, c'est la réforme qui doit changer.


Paris, le 10 octobre 2019
Contact :
Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr

Communiqué de presse du 8 octobre 2019 - par Paterna le 09/10/2019 - 21:58

Retraites et traitements : l'Éducation nationale mérite mieux



En tant que syndicat représentatif, le SNALC a participé ce matin à la réunion avec le ministre et le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye sur la question de la réforme des retraites.

En effet, il est de notoriété publique que les personnels enseignants, mais aussi la majorité des autres agents du ministère, seraient incroyablement perdants en cas d'application aveugle du projet de réforme contenu dans le rapport Delevoye. Le SNALC a eu l'occasion lors de la réunion d'évoquer les simulations qu'il avait réalisées sur le sujet, et qui aboutissent à des diminutions de pension pouvant atteindre les 1000 euros bruts par mois.

Le SNALC n'a jamais été demandeur d'une réforme des retraites. Il est en revanche demandeur d'une hausse salariale importante qui ne serait qu'un rattrapage parfaitement justifié pour nos collègues, dont plus personne ne conteste aujourd'hui qu'ils sont mal payés.

C'est pourquoi le SNALC a demandé très clairement au ministre que les négociations à venir sur les « compensations » portent dans un premier temps exclusivement sur « une augmentation de la part fixe du traitement sans contreparties » (dégel du point d'indice, hausse des grilles et/ou hausse des indemnités fixes, et ce pour tous les personnels). Il s'agit de revaloriser le métier dans son ensemble.

Le SNALC est donc inquiet de l'impossibilité actuelle du ministre à s'engager sur ce périmètre de négociations. Jean-Michel Blanquer a plutôt parlé de mettre sur la table « l'ensemble des enjeux de ressources humaines » « en termes de droits et devoirs », et souhaite être « extrêmement créatif sur ces questions-là, que ce soit le sujet ORS (1), le sujet vacances… ».

Le SNALC participera bien aux négociations et notamment à la réunion du 7 novembre prochain. Il y défendra très clairement l'augmentation de la part fixe du traitement sans contreparties. Point barre.
Paris, le 8 octobre 2019




Contact :
Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr



1) Obligations réglementaires de service

Début Précédent 10 pages precédentes [ 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 ] 10 pages suivantes Suivant Fin

Calendrier

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
183 Abonnés
   up  Haut  up  

Site fonctionnant sous GuppY v4.0.3 - Licence Libre CeCILL - © 2004-2006