SNALC - ACADEMIE DE LYON

 

http://snalc.lyon.free.fr

 

A NOTER !
LA REFORME DU COLLEGE, C'EST  NON !!!!
Le PPCR, C'EST NON !!!!

Adhérer au SNALC

+ Qui sommes nous ?
+ Comment adhérer
+ Un syndicalisme professionnel

Votre carrière

+ Nos guides
+ Personnels enseignants du premier degré
+ Personnels enseignants du second degré : Mutations
+ Personnels enseignants du second degré : Stagiaires
+ Personnels enseignants du second degré :

Nous contacter

Présidente d'honneur:

 Annick Richard

Président académique:

Christophe Paterna
61 allée de la font bénite
42155 saint Léger sur Roanne
06 32 06 58 03
snalc-lyon@orange.fr

Vice-président académique:

Didier Gallant

04 77 72 46 29

snalc-lyon@orange.fr

 

Secrétaire Académique :

Anne-Marie Le Gallo-Piteau

06 08 43 31 12

annemarie.lgp@wanadoo.fr

 

Trésorière Académique :

Sylviane Arweiler

36, Avenue du château

69003 Lyon

04 72 33 21 16

arweiler.snalc@wanadoo.fr

 

Gestion des agrégés (et PRAG):

Didier Gallant

04 77 72 46 29

Gestion des certifiés (et PRCE) :

Sylviane Arweiler

04 72 33 21 16

arweiler.snalc@wanadoo.fr

Christophe Paterna

06 32 06 58 03snalc-lyon@orange.fr

Gestion des PLP :

Anne-Marie Le Gallo-Piteau

(Secrétaire nationale à l’enseignement professionnel et technologique)

06 08 43 31 12

annemarie.lgp@wanadoo.fr

Gestion des PE : SNE

Rhône : Céline Buffavand

sne69csen@yahoo.fr

Ain : Philippe Ratinet

philippe.ratinet.sne@gmail.com

 

 

home.gifBienvenue sur SNALC - ACADEMIE DE LYON


Désormais, vous pouvez nous suivre sur Twitter.

Le bulletin d'adhésion 2017-2018 est disponible dans la rubrique "téléchargements".


 Les cotisations sont valables 1 an de date à date.




Depuis le 1er septembre 2007

 

Sans supplément de cotisation,la Garantie Mutuelle des Fonctionnaires (GMF), en partenariat avec le SNALC-CSEN-FGAF, s’occupera de vous dans le cadre de votre travail et/ou de votre activité syndicale (conseils et défense juridiques en cas de problèmes de tous ordres sur votre lieu de travail...).

 

Plus besoin d’assurance à payer ailleurs :vous recevrez dès votre (ré)adhésion, les prestations de qualité dont bénéficieront désormais les seuls adhérents du SNALC ...

 

Avec le SNALC, sortez couverts... et faites de votre dépense une économie !

 

Toutes les informations nationales sont sur www.snalc.fr

(réformes catégorielles et disciplinaires,

conseil pédagogique, socle commun,

heures de labo, 1ère chaire...)

A très bientôt sur notre site national.


news.gifLes 5 dernières nouvelles


INFORMATION DU SNALC : LE SCANDALE DE LA HORS CLASSE - par Paterna le 12/07/2018 - 16:27


Professeurs agrégés, certifiés, PLP, d’EPS

Pour être sûr de recevoir nos informations, ajoutez pressesnalc@syndicat-snalc.net  à votre carnet d'adresses.


LE SCANDALE DE LA HORS CLASSE


De CAPA en CAPA, de CAPN en CAPN, les élus paritaires du SNALC dénoncent les effets de la mise en œuvre du PPCR, ses conséquences insupportables pour les professeurs, le ressentiment et la colère qu’elle suscite. L’application du PPCR à la hors classe des agrégés confirme ce constat accablant. Le SNALC qui est le seul syndicat à avoir voté contre le PPCR, et dans sa totalité, montre par cette décision courageuse, qu’il est le seul syndicat à défendre réellement tous les personnels de l’éducation nationale et leur carrière.

Les élus académiques du SNALC ont combattu de nombreuses injustices et fait entendre le mécontentement des collègues qui se sont trouvés lésés et en sont les victimes.



Voici les observations qui ont été faites par les élus du SNALC.



Avis TRÈS SATISFAISANT des chefs d’établissement et des IA-IPR : ratio trop étroit (20% du nombre total des avis), modalités d’application parfois subjectives, variables et erratiques. En effet, certains évaluateurs n’ont eu recours à aucun avis TRÈS SATISFAISANT, d’autres l’ont attribué uniquement aux collègues les plus avancés dans la carrière quand la note de service stipule explicitement que les avis doivent être répartis de manière équilibrée entre les différents échelons de la plage d’appel.



Les IA-IPR, dans certaines disciplines, ont utilisé tout leur quota d’avis TRÈS SATISFAISANT ; d’autres non ; d’autres l’ont dépassé, ce qui a entraîné des inégalités. En effet, il n’y a pas de raison que davantage de professeurs aient une plus grande valeur professionnelle dans une discipline plutôt que dans d’autres, et bénéficient alors de conditions privilégiées pour obtenir ce sésame qu’est l’appréciation EXCELLENT du Recteur. Ajoutons que les collègues peu inspectés au cours de leur carrière ou peu connus des inspecteurs n’ont bénéficié d’aucune attention particulière de ces derniers.



Appréciation EXCELLENT ou TRÈS SATISFAISANT du recteur : par confusion avec le système de promotion à la hors classe antérieur, beaucoup de service rectoraux ont d’abord appliqué les appréciations EXCELLENT et TRÈS SATISFAISANT de préférence aux échelons les plus élevés. La vigilance et la détermination des élus du SNALC en CAPA a permis une répartition plus équilibrée entre les échelons, conformément à l’esprit de la note de service.



Opacité de l’appréciation du recteur : ses modalités d’attribution n’ont pas toujours paru limpides aux commissaires paritaires, même si la note de service en précise d’une manière générale les fondements (notation, avis des chefs d’établissement et IPR), et même si une note d’information de la DGRH transmise aux organisations syndicales tardivement (voire après la tenue de certaines CAPA de hors classe) comporte une «table de décision », autrement appelée « aide à la décision du recteur »).



Un certain nombre de collègues bénéficiant dans le système antérieur d’une appréciation EXCEPTIONNEL ou REMARQUABLE n’ont pas forcément obtenu une appréciation équivalente dans le nouveau système (EXCELLENT ou TRÈS SATISFAISANT), en dépit de la vigilance et des tentatives des commissaires paritaires académiques. Cette dégradation d’avis est vécue comme une injustice.



Le SNALC dénonce l’inégalité de traitement entre les professeurs selon les affectations, au détriment des collègues en poste à l’étranger, dans les outre mers, ou exerçant à la 29ème base, qui bénéficient moins régulièrement d’inspections.



Pour les agrégés, le SNALC a exigé que toutes les oppositions à la hors classe exprimées par les recteurs en CAPA soient réexaminées en CAPN, comme le préconise la note de service.



L’injustice la plus aberrante et la plus révoltante réside cependant dans le fait que l’appréciation rectorale portée cette année demeure conservée pour les campagnes de promotion ultérieures, tant que le collègue n’est pas promu. Les collègues supportent très mal cette condition draconienne qui préempte leur promotion à venir. Ceux qui n’ont ni EXCELLENT ni TRÈS SATISFAISANT, et donc non promus, se verront  fatalement rattrapés et dépassés l’an prochain par de nouveaux collègues en raison de l’appréciation EXCELLENT et TRÈSSATISFAISANT que ces derniers auront reçue cette année et conservée pour la suite.



Le SNALC récuse et condamne la philosophie de cette hors-classe qui déconnecte l’évaluation professionnelle de l’avancement et conduit à ce système pervers dans lequel les professeurs se retrouvent piégés : l’appréciation couperet qui leur est donnée une fois pour toutes ne peut plus être revue ni progresser, quelles qu’aient été leurs tentatives d’amélioration après l’évaluation et malgré les progrès accomplis. Les collègues sont démotivés. On est de surcroît aux antipodes d’une gestion des personnels qui se veut pourtant humaine et positive, qui prétend aider les collègues en difficulté, les éclairer sur leurs erreurs et leur permettre de s’améliorer en mobilisant d’importants moyens de soutien et de formation continue.



Le SNALC exige que cette clause absurde et injuste soit abolie et que les avis des évaluateurs et l’appréciation du recteur puissent être modifiés chaque année.



En effet, pour le SNALC, c’est le mérite et la qualité professionnelle qui doivent être essentiellement  pris en compte et valorisés. Or, le barème actuel de la hors classe fait une part trop large au degré d’ancienneté dans la plage d’appel. C’est pourquoi le SNALC demande que ce barème soit revu et que la part de la valeur professionnelle soit augmentée.


Les élus du SNALC

gesper@snalc.fr

Communiqué de presse du SNALC du 4 juillet 2018 - par Jean-Rémi GIRARD, Président du SNALC-FGAF, le 04/07/2018 - 22:58

 Publié le 04-07-2018

Dernière modification le 04-07-2018

PROGRAMMES : AUCUN REPÈRE ANNUEL !


Le SNALC-FGAF constate avec stupéfaction que, contrairement à tout ce qui nous a été annoncé, il n'y aura aucun repère annuel dans les aménagements de programmes en français, mathématiques et enseignement moral et civique à l'école et au collège. C'est ce qui ressort des projets de textes présentés aujourd'hui en commission spécialisée.

Pire encore : les « repères de progressivité » qui figuraient jusqu'à présent dans les programmes ont été supprimés. Il n'y aura donc plus aucune forme de progressivité dans les programmes de cycle. En lieu et place, une note de service devrait être publiée au cours de l'été. Cette dernière n'aura strictement aucune valeur règlementaire. Au lieu d'un cadrage annuel, c'est donc une absence totale de cadrage qui s'annonce.

Le SNALC ne comprend pas la décision du ministère, qui a pourtant largement communiqué sur la définition annuelle de repères de progressivité. Cette décision ne correspond d'ailleurs pas à la commande passée par le ministre lui-même en janvier dernier. Le ministre demandait explicitement des repères annuels dans sa lettre de saisine.

Le SNALC ne peut que constater qu'une fois de plus, une annonce qui va dans le sens de ses revendications se traduit par un texte sans valeur règlementaire. Si la situation n'évolue pas, nous présenterons des amendements au Conseil Supérieur de l'Éducation du 12 juillet pour que le ministère respecte dans les textes les orientations sur lesquelles il communique.

Paris, le 04 juillet 2018

Contact :
Jean-Rémi GIRARD, Président du SNALC-FGAF, girardsnalc@yahoo.fr


Communiqué de presse du SNALC du 7 juin 2018 - par Paterna le 07/06/2018 - 18:27

PORTABLE A L'ÉCOLE : DES DÉPUTÉS DÉCONNECTÉS

Publié le 07-06-2018

Dernière modification le 07-06-2018

PORTABLE A L'ÉCOLE : DES DÉPUTÉS DÉCONNECTÉS


Le SNALC-FGAF dénonce le projet de loi sur l’interdiction du téléphone portable dans les écoles et collèges(1) tel que présenté en première lecture à l’Assemblée nationale. Nous sommes ici loin de l’objectif annoncé par le ministre, qui était d’interdire l’usage du téléphone.

Ce projet, s’il est adopté en l’état, autorisera l’utilisation du téléphone portable au sein des établissements pour un usage pédagogique, mais sans préciser le cadre et sans que l’autorisation préalable de l’enseignant ne soit requise.

Pire, cette autorisation du téléphone sera valable dans d’autres cadres et lieux, selon le bon vouloir des établissements. Quel est l’intérêt de vouloir mettre en place une loi pour tous sans donner un cadrage national en faisant, de surcroît, peser une lourde responsabilité sur les écoles et collèges à travers leurs règlements intérieurs ? Cela laisse croire à l'impossibilité d'une règle commune à l’Éducation nationale. Or, pour le SNALC, l'Éducation nationale a justement besoin de règles communes.

Pire, nous sommes effarés par l’amendement (2), déposé par plusieurs députés du groupe LREM qui propose d’étendre la loi aux « membres de la communauté éducative », et non plus seulement aux élèves. Au nom de l’exemplarité, on infantilise et on décrédibilise toujours plus les personnels. En les mettant sur un pied d'égalité avec les élèves, on écorche un peu plus l'autorité et la dignité de ceux qui œuvrent, chaque jour, pour la réussite de ces derniers.

Pour le SNALC, il est urgent de revenir à la raison, et de réécrire ce projet totalement incohérent.

(1) http://www.assemblee-nationale.fr/15/textes/0989.asp#D_Article_1er
(2) http://www.assemblee-nationale.fr/15/amendements/0989/AN/24.asp

Paris, le 07 juin 2018

Contacts :

Philippe Frey, vice-président national, philippefrey2@gmail.com
Maxime Reppert, secrétaire national à la vie scolaire, maxime.reppert@gmail.com

Communiqué de presse du SNALC-FGAF et du SNE-FGAF du 31 mai 2018 - par Jean-Rémi GIRARD, Président du SNALC-FGAF, Pierre FAVRE, Président du SNE, le 01/06/2018 - 14:44

VADEMECUM LAÏCITÉ : PRÉCIS ET COMPLET

Le SNALC-FGAF et le SNE-FGAF accueillent avec intérêt le vademecum « La Laïcité à l'École ». Le document, organisé sous formes de fiches pratiques, propose un panorama très complet des questionnements auxquels les personnels peuvent être confrontés. Les rappels du cadre légal et règlementaire sont précis, la réflexion menée souvent pertinente, même si certaines propositions pédagogiques sont un peu « hors-sol » compte tenu de la situation réelle dans de nombreuses écoles et de nombreux établissements.

Le SNALC et le SNE continuent de demander de réelles formations sur ce sujet, ainsi qu'une évolution de la loi et de la règlementation afin de ne pas laisser les directeurs d'école, les enseignants, les personnels d'éducation ou les chefs d'établissement dans une position d'arbitre. Les personnels doivent pouvoir s'appuyer sur des textes clairs qui vont avant tout permettre de les protéger eux. Si la loi de 2004 sur les signes religieux a été efficace, c'est parce que c'était une loi et qu'elle était claire.

Enfin, le SNALC et le SNE constatent que la multiplication des publications ministérielles sur le sujet (charte de la laïcité, livret laïcité, vademecum…) montre bien qu'un problème existe. Il demande que toute la chaîne hiérarchique respecte systématiquement les procédures indiquées dans ce vademecum, notamment celle selon laquelle l'enseignant ou le personnel d'éducation « reçoit le soutien et l'accompagnement de l'institution ».
Paris, le 31 mai 2018
Contacts :
Jean-Rémi GIRARD, Président du SNALC-FGAF, girardsnalc@yahoo.fr
Pierre FAVRE, Président du SNE, president-sne@sne-csen.net

Communiqué de presse du SNALC du 28 mars 2018 - par Paterna le 29/05/2018 - 09:12


LYCÉES PROFESSIONNELS : UNE RÉFORME D'UNE GRANDE VIOLENCE


Le SNALC a pris connaissance des annonces faites ce matin par Jean-Michel Blanquer sur la réforme de la voie professionnelle. Moins de 10 ans après la mise en place du catastrophique Bac Pro 3 ans et au terme d'une concertation menée au pas de charge, nous assistons une fois encore à une réduction des heures.

Pour le SNALC, toute la com' sur les « campus », les « réseaux », le « co-enseignement » et les « chefs-d'œuvres » ne parvient pas à dissimuler les pertes horaires. L'horaire enseignant sur l'ensemble des trois années subit une diminution comprise entre 168h et 380h. Contrairement à ce que le ministère a dit au SNALC ces deux dernières semaines, des réductions budgétaires sont au programme. Le SNALC ne peut donc que constater l'absence de sincérité du dialogue social sur ce point.

La baisse horaire n'est pas le seul point de tension. La création de secondes organisées par familles de métiers (dont certaines nous semblent incohérentes) entraînera de fait une dé-professionnalisation du diplôme. L'introduction très peu encadrée de l'apprentissage dans tous les lycées pro, avec des apprentis qui arrivent et repartent en cours d'année, conduira immanquablement à des mélanges de publics ingérables sur le plan pédagogique. Le ministère nous a bien fait comprendre que ce surcroît de travail ne donnerait lieu à aucune compensation pour les personnels, et entraînerait des compléments de service en CFA ou en UFA.

Pour le SNALC, ces annonces sont parfaitement inacceptables et traduisent un mépris certain de l'ensemble des personnels des lycées professionnels et de leurs représentants.

Paris, le 28 mai 2018

Contacts :
Jean-Rémi GIRARD, Président du SNALC-FGAF, girardsnalc@yahoo.fr
Guillaume LEFRVRE, Secrétaire national à l'enseignement technologique et professionnel,
rungolf.gl@gmail.com
Calendrier

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
137 Abonnés
   up  Haut  up  

Site fonctionnant sous GuppY v4.0.3 - Licence Libre CeCILL - © 2004-2006