SNALC - ACADEMIE DE LYON

 

http://snalc.lyon.free.fr

 

A NOTER !

La réforme de la voie professionnelle, c'est NON !

Il en est de même pour celle du lycée !

Le SNALC s'est également opposé au PPCR et à la réforme du collège.

 

Adhérer au SNALC

+ Qui sommes nous ?
+ Comment adhérer
+ Un syndicalisme professionnel

Votre carrière

+ Nos guides
+ Personnels enseignants du premier degré
+ Personnels enseignants du second degré : Mutations
+ Personnels enseignants du second degré : Stagiaires
+ Personnels enseignants du second degré :

Nous contacter

Présidente d'honneur:

 Annick Richard


Président académique:

Christophe Paterna
61 allée de la font bénite
42155 saint Léger sur Roanne
06 32 06 58 03

Vice-président académique:

Didier Gallant

04 77 72 46 29

snalc-lyon@orange.fr

 

Secrétaire Académique :

Anne-Marie Le Gallo-Piteau

06 08 43 31 12

annemarie.lgp@wanadoo.fr

 

Trésorière Académique :

Sylviane Arweiler

36, Avenue du château

69003 Lyon

04 72 33 21 16

arweiler.snalc@wanadoo.fr

 

SNALC ECOUTE :

01 84 60 89 87

snalc.ecoute@gmail.com

Gestion des agrégés (et PRAG):

Didier Gallant

04 77 72 46 29

Gestion des certifiés (et PRCE) :

Sylviane Arweiler

04 72 33 21 16

arweiler.snalc@wanadoo.fr

Christophe Paterna

06 32 06 58 03snalc-lyon@orange.fr

Gestion des PLP :

Anne-Marie Le Gallo-Piteau

(Secrétaire nationale à l’enseignement professionnel et technologique)

06 08 43 31 12

annemarie.lgp@wanadoo.fr

Gestion des PE : SNE

Rhône : Céline Buffavand

sne69csen@yahoo.fr

Ain : Philippe Ratinet

philippe.ratinet.sne@gmail.com

 

 

home.gifBienvenue sur SNALC - ACADEMIE DE LYON

Désormais, vous pouvez nous suivre sur Twitter.

Le bulletin d'adhésion 2018-2019 est disponible dans la rubrique "téléchargements".

 Les cotisations sont valables 1 an de date à date.

Depuis le 1er septembre 2007

 

Sans supplément de cotisation,la Garantie Mutuelle des Fonctionnaires (GMF), en partenariat avec le SNALC-CSEN-FGAF, s’occupera de vous dans le cadre de votre travail et/ou de votre activité syndicale (conseils et défense juridiques en cas de problèmes de tous ordres sur votre lieu de travail...).

 

Plus besoin d’assurance à payer ailleurs :vous recevrez dès votre (ré)adhésion, les prestations de qualité dont bénéficieront désormais les seuls adhérents du SNALC ...

 

Avec le SNALC, sortez couverts... et faites de votre dépense une économie !

 

Toutes les informations nationales sont sur www.snalc.fr



news.gifLes 5 dernières nouvelles


Communiqué de presse du SNALC du 11 février 2019 - par Paterna le 11/02/2019 - 21:44

Collègues agressés : intolérable !




Le SNALC est effaré de constater la multiplication ces derniers mois des cas d’agressions et de violences physiques contre des enseignants partout en France.

Rien que sur la seule journée de vendredi dernier, nous avons été confrontés à trois actes graves. À Béziers (lycée Mermoz), un collègue a été roué de coups par le père d'un élève. À Grenoble (lycée Emmanuel-Mounier), un autre collègue a été violemment pris à partie par trois individus encagoulés. Au même moment, dans la salle des professeurs d’un collège (Isle d’Abeau), un enseignant a été agressé par un parent d’élève. Les médecins lui ont prescrit 5 jours d’ITT.

Le SNALC apporte son soutien à l'ensemble des enseignants et personnels de l'Éducation nationale victimes de ces violences.

Le SNALC constate que l’autorité des enseignants est de plus en contestée par la société et se bat aux côtés des personnels agressés pour faire valoir leur statut de victime auprès du rectorat et les accompagner dans leurs démarches administratives et judiciaires.

Le SNALC appelle le Ministère à une réaction concrète. Les annonces d’octobre dernier ne sont pas satisfaisantes, et le plan violence n'en finit plus de se faire attendre. Il serait bon de se fixer des priorités. Pour le SNALC, lutter contre la violence et la dégradation des conditions d'exercice de nos métiers en est une, et devrait occuper l'ensemble des services du ministère.


Contact :
Jean-Rémi GIRARD, Président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr

AESH : ASSEZ DE BONNES PAROLES. DES ACTES - par Paterna le 05/02/2019 - 15:00



AESH : ASSEZ DE BONNES PAROLES. DES ACTES


Le SNALC a pris connaissance des annonces récentes de Jean-Michel BLANQUER, ministre de l’Éducation nationale, visant, selon lui, à améliorer la situation des accompagnants d'élèves en situation d'handicap (AESH) :


  • L’accélération du plan de transformation des contrats aidés précaires en contrats pérennes AESH

  • La mise en place d’une formation de 60 heures annuelles pour les AESH

  • La mise en place de Pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL)

  • La pleine reconnaissance des AESH comme professionnels à part entière des équipes éducatives

Pour le SNALC, ce genre d'annonce, ça ne mange pas de pain ! Il serait plus que temps d'en finir avec ces discours remplis de bons sentiments et de vagues promesses qui n'engagent à rien, et de se mettre autour d'une table afin de négocier une réelle revalorisation du métier d'AESH.

Le SNALC porte haut et fort les revendications des AESH : revalorisation salariale, meilleure prise en charge des frais de déplacement, versement d'une indemnité REP-REP+ pour ceux exerçant en éducation prioritaire, formation professionnelle de qualité, accès facilité au temps complet, amélioration sensible des conditions de travail, réelles perspectives de carrière.

Le SNALC réitère auprès du ministère sa demande d’ouvrir dès à présent des négociations permettant d’obtenir des avancées significatives pour le statut, les rémunérations et les conditions d’exercice des AESH.

Paris, 04 février 2019

Contact :
Philippe FREY, Vice-président du SNALC, philippefrey2@gmail.com

COMMUNIQUE ACADEMIQUE 31 janvier 2019 - par Paterna le 31/01/2019 - 19:03


RENDEZ-VOUS DE CARRIÈRE :  Un BIR édifiant ! voire humiliant !

« Produire une évaluation qui suscite la confiance des agents concernés constitue un défi de taille pour tout encadrant », peut-on lire dans le BIR spécial du 07/01/2019.

Faut-il rappeler que la confiance se construit sur la durée et dans la transparence ? Comment dès lors accorder un crédit à l’évaluation issue des entretiens de carrière, lorsque l’on sait que les évaluateurs premiers sont soumis à des contingentements dans l’attribution des avis « excellent » et « très satisfaisant » ? Comment accorder un crédit à une évaluation finale, lorsque l’on sait qu’il existe, après les contingentements, des rééquilibrages selon le sexe, les disciplines, ou encore l’âge ?

 L’an dernier, tous les collègues promouvables à la hors-classe se sont vus octroyer une appréciation finale, y compris ceux trop avancés dans la carrière pour être concernés par le rendez-vous de carrière du 9ème échelon.
Pour ces derniers, les chefs d’établissement et les IA-IPR ont légitimement porté les avis « très satisfaisant » et « excellent » sur les collègues les plus avancés dans la carrière ; mais ces collègues qui n’ont pas démérité n’ont finalement eu qu’un avis « satisfaisant », et se trouvent donc durablement pénalisés pour l’accès à la hors-classe.

Tous les collègues qui ont fait les frais des contingentements et rééquilibrages se trouvent aujourd’hui véritablement humiliés !

Le BIR sous-entend, en effet, que ces collègues ne "sont pas capables de gérer une situation complexe, de prendre des responsabilités et initiatives pour remplir leurs missions", ou ne sont pas suffisamment “engagés dans leur environnement professionnel", etc.

Les mots ont un sens. Et les professeurs font partie des professions qui attachent encore un prix aux mots et aux écrits.


En tentant d’objectiver l’évaluation dans son phrasé jargonisant typique, notre administration ne fait qu’accentuer “ce défi de taille”, car certains se sentent véritablement “insultés” dans leur pratique professionnelle.
Pour bâtir une école de la confiance, il faudrait déjà revenir sur le caractère pérenne de l’évaluation, et abroger les contingentements. Avec des appréciations contingentées, c’est l’évaluation elle-même qui est entachée d’hypocrisie !

Non, Monsieur Blanquer, les enseignants n’attendent pas “un accompagnement continu de leur développement professionnel de la part des corps d’encadrement compétents à leur égard”.


Les enseignants attentent plus simplement une véritable reconnaissance professionnelle.


Le bureau académique

Communiqué de presse du SNALC du 31 janvier 2019 - par Paterna le 31/01/2019 - 18:59


Et revoilà l'école du socle !




Le SNALC a pris connaissance de l'adoption par la commission des affaires culturelles d'un amendement visant à créer l'école du socle.

Ingénieusement dissimulée sous le vocable « école des savoirs fondamentaux » pour sembler rassurant et républicain, l'école du socle prévoit la fusion entre école primaire et collège. Les collectivités locales pourraient tranquillement se mettre d'accord pour créer des écoles du socle sur leur territoire, imposant des conseils pédagogiques mixtes, des conseils d'administration mixtes, soumettant les maîtres à l'autorité du chef d'établissement et les professeurs de collège à celle du « directeur-adjoint » qui assurerait, en sus des missions de directeur, « la coordination entre le premier degré et le second degrés ainsi que le suivi pédagogique des élèves ». C'est le problème avec les lois fourre-tout : on y met n'importe quoi.

Ce projet est la dernière étape avant la destruction définitive de nos statuts respectifs : il va mille fois plus loin que le cycle CM1-CM2-6e.

Le SNALC demande donc à la représentation nationale de faire disparaître cet amendement du texte final.




Contact :
Jean-Rémi GIRARD, Président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr

Communiqué de presse du SNALC Lyon du 17 janvier 2019 - par Paterna le 17/01/2019 - 23:44

Communiqué de presse

du SNALC Lyon du 17 janvier 2019

Rendez-vous de carrière : un BIR édifiant ! Voire humiliant !

« Produire une évaluation qui suscite la confiance des agents concernés constitue un défi de taille pour tout encadrant », peut-on lire dans le BIR spécial du 07/01/2019.

Faut-il rappeler que la confiance se construit sur la durée et dans la transparence ? Comment dès lors accorder un crédit à l’évaluation issue des entretiens de carrière, lorsque l’on sait que les évaluateurs premiers sont soumis à des contingentements dans l’attribution des avis « excellent » et « très satisfaisant » ? Comment accorder un crédit à une évaluation finale, lorsque l’on sait qu’il existe, après les contingentements, des rééquilibrages selon le sexe, les disciplines, ou encore l’âge ?

L’an dernier, tous les collègues promouvables à la hors-classe se sont vus octroyer une appréciation finale, y compris ceux trop avancés dans la carrière pour être concernés par le rendez-vous de carrière du 9ème échelon.

Pour ces derniers, les chefs d’établissement et les IA-IPR ont légitimement porté les avis « très satisfaisant » et « excellent » sur les collègues les plus avancés dans la carrière ; mais ces collègues qui n’ont pas démérité n’ont finalement eu qu’un avis « satisfaisant », et se trouvent donc durablement pénalisés pour l’accès à la hors-classe.

Tous les collègues qui ont fait les frais des contingentements et rééquilibrages se trouvent aujourd’hui véritablement humiliés !

Le BIR sous-entend, en effet, que ces collègues ne "sont pas capables de gérer une situation complexe, de prendre des responsabilités et initiatives pour remplir leurs missions", ou ne sont pas suffisamment “engagés dans leur environnement professionnel", etc.

Les mots ont un sens. Et les professeurs font partie des professions qui attachent encore un prix aux mots et aux écrits.

En tentant d’objectiver l’évaluation dans son phrasé jargonisant typique, notre administration ne fait qu’accentuer “ce défi de taille”, car certains se sentent véritablement “insultés” dans leur pratique professionnelle.

Pour bâtir une école de la confiance, il faudrait déjà revenir sur le caractère pérenne de l’évaluation, et abroger les contingentements. Avec des appréciations contingentées, c’est l’évaluation elle-même qui est entachée d’hypocrisie !

Non, Monsieur Blanquer, les enseignants n’attendent pas “un accompagnement continu de leur développement professionnel de la part des corps d’encadrement compétents à leur égard”.

Les enseignants attentent plus simplement une véritable reconnaissance professionnelle.

Pour le bureau académique

Christophe Paterna


Calendrier

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
148 Abonnés
   up  Haut  up  

Site fonctionnant sous GuppY v4.0.3 - Licence Libre CeCILL - © 2004-2006