SNALC - ACADEMIE DE LYON

 

http://snalc.lyon.free.fr

 

A NOTER !

La réforme de la voie professionnelle, c'est NON !

Il en est de même pour celle du lycée !

Le SNALC s'est également opposé au PPCR et à la réforme du collège.

 

Adhérer au SNALC

+ Qui sommes nous ?
+ Comment adhérer
+ Un syndicalisme professionnel

Votre carrière

+ Nos guides
+ Personnels enseignants du premier degré
+ Personnels enseignants du second degré : Mutations
+ Personnels enseignants du second degré : Stagiaires
+ Personnels enseignants du second degré :

Nous contacter

Présidente d'honneur:

 Annick Richard

Président académique:

Christophe Paterna
61 allée de la font bénite
42155 saint Léger sur Roanne
06 32 06 58 03

Vice-président académique:

Didier Gallant

04 77 72 46 29

snalc-lyon@orange.fr

 

Secrétaire Académique :

Olivier Gay

snalc-lyon@orange.fr

 

Trésorière Académique :

Sylviane Arweiler

36, Avenue du château

69003 Lyon

04 72 33 21 16

arweiler.snalc@wanadoo.fr

 

SNALC ECOUTE :

01 84 60 89 87

snalc.ecoute@gmail.com

Gestion des agrégés (et PRAG):

Didier Gallant

04 77 72 46 29

Gestion des certifiés (et PRCE) :

Sylviane Arweiler

04 72 33 21 16

arweiler.snalc@wanadoo.fr

Christophe Paterna

06 32 06 58 03snalc-lyon@orange.fr


 

 

home.gifBienvenue sur SNALC - ACADEMIE DE LYON

Désormais, vous pouvez nous suivre sur Twitter.

Le bulletin d'adhésion 2020-2021 est disponible dans la rubrique "téléchargements".

 Les cotisations sont valables 1 an de date à date.

Depuis le 1er septembre 2007

 

Sans supplément de cotisation,la Garantie Mutuelle des Fonctionnaires (GMF), en partenariat avec le SNALC-CSEN-FGAF, s’occupera de vous dans le cadre de votre travail et/ou de votre activité syndicale (conseils et défense juridiques en cas de problèmes de tous ordres sur votre lieu de travail...).

 

Plus besoin d’assurance à payer ailleurs :vous recevrez dès votre (ré)adhésion, les prestations de qualité dont bénéficieront désormais les seuls adhérents du SNALC ...

 

Avec le SNALC, sortez couverts... et faites de votre dépense une économie !

 

Toutes les informations nationales sont sur www.snalc.fr

news.gifLes 5 dernières nouvelles


Info AED - 24 novembre 2020 - par Paterna le 25/11/2020 - 19:16

https://syndicat-snalc.net/AWURTSJ67/51DD152947AB4BDEA5B4EFEA23286072.php

AED


aed@snalc.fr 



Remplissez notre  formulaire en ligne

LE SNALC soutient les AED


MOBILISATION DU 1er DECEMBRE 2020


Depuis le début de la crise sanitaire, mi-mars, vous êtes des acteurs majeurs de la continuité du fonctionnement de notre institution.


Très sollicités dans les collèges et lycées, vous faites en permanence preuve d’adaptation - notamment dans vos missions et affectations - à un contexte inédit et extrêmement difficile, sans avoir nécessairement les protections face au virus. Si on ajoute les sous-effectifs dans les vies scolaires, votre santé physique et mentale est mise en danger !


Par conséquent, l’Éducation nationale doit urgemment recruter des AED et reconnaitre leur rôle primordial :


• en augmentant significativement les salaires des AED ;


• en permettant aux AED de faire des heures supplémentaires ;


• en versant les primes REP et REP+ aux AED qui exercent en éducation prioritaire ;


• en améliorant les conditions d’emploi et de travail des AED (et bien au-delà de la mise en place de mesures sanitaires spécifiques pendant la pandémie) ;


• en proposant aux AED une véritable formation continue ;


• en donnant aux AED, l’accès au CDI.



Vous êtes au premier rang dans les établissements scolaires, vous étiez au premier rang pour de la mobilisation du mardi 10 novembre, soyez au premier rang des mobilisations - le 1er décembre entre autres - afin que


les AED soient au premier rang des recrutements promis dans l’Éducation nationale.


En effet, le 12 novembre, lors d’une conférence de presse COVID-19, JM BLANQUER déclarait : « Nous allons déployer […], plus d’assistants d’éducation, et plus de professeurs remplaçants pour le 1er degré comme dans le 2nd degré chaque fois que cela sera nécessaire. »


Nous sommes tous d’accord. Vous n’avez plus qu’à tenir vos engagements Monsieur le ministre !



Depuis de nombreuses années, le SNALC soutient les AED, dont leur combat pour l’accès au CDI


(signez et faites signer massivement notre pétition).


Vous pouvez soutenir le SNALC en adhérant et à des conditions extrêmement avantageuses.


Les cotisations de ses adhérents sont les seules ressources du SNALC.


N’hésitez pas à nous contacter pour profiter de notre offre d’adhésion pour les AED : aed@snalc.fr


Communiqué de presse
Soutien aux mobilisations des AED

cliquez sur l'image :

GUIDE AED

POURQUOI REJOINDRE LE SNALC ?

L'ADHÉSION AU SNALC :

AED 30 €

Le SNALC est le syndicat le moins cher de l'Education nationale (comparons...). Assistance et protection juridiques pénales comprises (agressions, diffamation, harcèlement...). Dispositif exclusif d'aide à la mobilité : mobi-SNALC. Tarifs négociés auprès de nombreux partenaires : "Avantages-SNALC".

Le SNALC est totalement indépendant : les cotisations sont ses seules ressources. Il n'a de compte à rendre qu'à ses adhérents.
Écrire au SNALC

Communiqué de presse du 25 novembre 2020 - par Paterna le 25/11/2020 - 19:04

Communiqué de presse du 25 novembre 2020
BACCALAURÉAT : LES ÉPREUVES MI-MARS SONT IMPOSSIBLES
Le SNALC a pris connaissance des annonces faites hier par le président de la République, et notamment de ce qui concerne les lycées fonctionnant actuellement avec des effectifs allégés. Dans l'hypothèse la plus favorable sur le plan sanitaire, ces derniers reprendraient selon le régime habituel vers le 20 janvier.

Au-delà des questions sanitaires, le SNALC tire toutes les conséquences de cette annonce et des très nombreuses remontées de collègues qu'il reçoit. Maintenir les épreuves de spécialité du baccalauréat pour la mi-mars, même avec des aménagements, n'est pas raisonnable. C'est en train de créer lentement mais sûrement une très grande tension chez les collègues, chez les élèves de terminale et chez leur famille.

Le SNALC renouvelle donc sa demande de repousser ces épreuves au mois de juin. Il ne comprendrait pas l'obstination du ministère à vouloir mettre nos élèves dans des situations d'échec et de détresse psychique. Si la situation ne se débloque pas, le SNALC prendra alors toutes ses responsabilités. Mais nous espérons que les propos du président de la République seront rapidement suivis d'annonces de bon sens.

Le SNALC note aussi que les mesures prises dans de très nombreux lycées sont jugées importantes par Emmanuel Macron, puisqu'elles sont maintenues encore sur une très longue période. Il ne peut que continuer de s'étonner du fonctionnement local de la gestion de la pandémie dans l'Éducation nationale, tout à fait unique dans le pays. Il maintient sa revendication quant à la possibilité d'étendre les mesures aux autres niveaux du système scolaire qui en feraient la demande. Il renouvelle enfin la large demande intersyndicale d'une réunion rapide sur les questions sanitaires avec les organisations représentatives.

Contact :

Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr , 06 16 72 86 56


Communiqué de presse commun du 16 novembre 2020 - par Paterna le 16/11/2020 - 21:38

Communiqué de presse commun du 16 novembre 2020

FSU, UNSA Education, Sgen-CFDT, CGT Educ'action, SNALC, SUD Éducation
COMMUNIQUÉ COMMUN : SITUATION SANITAIRE

Au vu de la situation sanitaire et des tensions qu'elle fait peser sur le système éducatif, mais aussi du fait de la forte inquiétude des personnels de l'Éducation nationale sur le rôle de l'École dans la propagation de l'épidémie, les organisations FSU, UNSA Education, Sgen-CFDT, CGT Educ'action, SNALC, SUD Éducation demandent :


  • l'organisation de points réguliers entre le ministère et les organisations représentatives, notamment à chaque fois que des annonces importantes sont faites publiquement. À ce jour, une seule réunion a eu lieu depuis le début de l'année, ce qui est très insuffisant ;
  • la mise en œuvre du cadre national relatif au plan de continuité pédagogique et l'élargissement aux collèges et aux écoles des possibilités aujourd'hui offertes en lycée en termes d'organisation pédagogique ;
  • un soutien sans faille de l'administration envers l'ensemble des personnels afin de leur apporter de l'assistance quand ils en ont besoin, et surtout d'éviter de leur compliquer la tâche par des contrôles tatillons, notamment sur les fonctionnements pédagogiques retenus ;
  • le recrutement de personnels (remplaçants, assistants d'éducation) comme annoncé par le ministre lors de la conférence de presse du 12 novembre, afin non seulement d'améliorer les conditions d'exercices actuelles, mais également d'anticiper sur les scénarios futurs ;
  • l'arrêt de toute utilisation et de toute communication par le ministère de chiffres dont la fiabilité est remise en cause par les méthodes de collecte, chiffres qui pourraient conduire à sous-estimer la propagation du virus au sein des écoles, collèges et lycées et, en cela, mettre en danger la santé des personnels et des usagers.



Contact pour le SNALC :

Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr , 06 16 72 86 56


Communiqué de presse du 16 novembre 2020 - par Paterna le 16/11/2020 - 21:35

REVALORISATION : LE SNALC DEMANDE

LES PLANS DE L'ESCALIER

Le SNALC, syndicat représentatif de tous les personnels de l'Éducation nationale, était présent lors de la réunion de cet après-midi avec le ministre, où les arbitrages ont été rendus concernant la revalorisation des personnels enseignants pour l'année 2021.

Pour le SNALC, cette première marche de l'escalier en 2021 n'a de sens que si nous obtenons la garantie d'une loi de programmation pluriannuelle, qui elle seule peut fixer les autres marches et permettre une revalorisation importante de la part fixe de nos traitements et ce, sans contreparties.

C'est pourquoi, puisque nous savons que le ministère de l'Éducation nationale n'est pas seul décisionnaire dans cette affaire, nous nous adressons à l'ensemble de la représentation nationale, au Premier ministre et au Président de la République : cette loi de programmation est la seule façon de garantir l'existence sur le long terme de cette revalorisation et de rétablir une forme de confiance avec les enseignants. Les chiffrages du SNALC sont connus et sur la (fameuse) table depuis plus d'un an : il faut maintenant conclure.

Sur l'utilisation de l'enveloppe de 400 millions (500 millions par la suite en année pleine), le SNALC valide le principe d'une prime d'équipement, qui est une prime fixe pour tous, conformément à nos demandes. Son montant (150€ net par an) n'est pour le moment pas à la hauteur, donc là aussi, il faut garantir qu'elle progresse dans les années à venir.

Le SNALC a refusé de se prononcer sur la prime d'attractivité, qui ne concerne qu'environ 30% des collègues, de façon dégressive en fonction de l'ancienneté. Si nous accueillons favorablement le fait que l'on ait abandonné les différences de traitement par corps, qui étaient purement vexatoires, nous devons obtenir une revalorisation pour tous, et donc discuter dès janvier des plans de l'escalier pour atteindre cet objectif.

Enfin, le SNALC n'oublie aucun des métiers de l'Éducation nationale. À ce titre, il a entre autres demandé qu'on aboutisse à des mesures réelles pour les directeurs d'école, et que l'on débloque une enveloppe spécifique pour les AESH. Il a également demandé l'ouverture d'un groupe de travail CPE et d'un groupe de travail professeurs documentalistes, afin de revoir le régime indemnitaire de ces collègues, qui ne seront pas concernés par la prime d'équipement. Pour le SNALC, cette exclusion n'est pas acceptable et doit immédiatement être réparée.

Contact :

Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr , 06 16 72 86 56


Communiqué de presse du 10 novembre 2020 - par Paterna le 11/11/2020 - 16:55

GRÈVE SANITAIRE : UN CRI D'ALERTE
DES ÉCOLES ET DES COLLÈGES

La journée de grève à laquelle participait aujourd'hui le SNALC s'est conclue de la façon attendue : plutôt suivie dans les écoles, très suivie dans les collèges, et peu suivie dans les lycées, notamment dans ceux ayant obtenu des allègements d'effectifs depuis ce lundi.

Pour le SNALC, cette grève montre deux choses.

La première, c'est que lorsqu'on nous écoute, on peut améliorer les choses. Ainsi, les aménagements dans les lycées sont réellement bien accueillis partout où ils ont pu être mis en place. Et pourtant, l'impréparation du ministère quant à la mise en œuvre de son propre plan de continuité pédagogique était flagrante, malgré les nombreuses alertes du SNALC. Heureusement, les équipes réussissent en des temps records à mettre sur pied des fonctionnements certes imparfaits, mais qui permettent d'éviter le décrochage et de poursuivre un enseignement de qualité, le tout en limitant fortement le brassage et e
n sécurisant bien davantage que la semaine dernière l'ensemble des espaces de nos lycées.

La seconde, c'est que le protocole pseudo-renforcé est toujours aussi inapplicable et insensé dans beaucoup d'écoles et dans la plupart des collèges. Les collègues l'ont clairement fait savoir aujourd'hui.

Alors même que nous poursuivons tous l'objectif d'éviter la fermeture de nos écoles et établissements, le SNALC tient à rappeler qu'un nouveau cadrage national clair, permettant la distanciation et limitant les brassages partout, est indispensable.

À ce sujet, le SNALC tient à formuler un certain nombre de rappels :


  • Les personnels grévistes ne sont ni des irresponsables ni des paresseux et s’ils ont été si nombreux ce jour, c’est aussi à cause du manque de considération à leur égard ;
  • Dialoguer uniquement avec les syndicats de personnels de direction sur les questions sanitaires ne peut permettre au ministère de comprendre l'ensemble de la situation. Il existe des organisations représentatives de tous les personnels, dûment élues par ces derniers, et qui ont prouvé qu'elles étaient plutôt de bon conseil. C'est en ne nous écoutant pas depuis plusieurs mois que l'on en est arrivé là. Le SNALC demande donc que les journées de grève ayant permis cette évolution ne soient pas décomptées aux collègues ;
  • Les personnels de l'Éducation nationale ne sont pas des épidémiologistes. Ainsi, laisser une large place à l'autonomie des écoles, collèges et lycées dans les décisions sanitaires est dangereux, et mène dans certains endroits à des aberrations. Le cadrage national doit être beaucoup plus clair, et beaucoup moins « dans la mesure du possible » ;
  • La gestion de la crise sanitaire est globale. Les personnels n'acceptent plus de voir des chiffres faux être largement communiqués pour justifier que tout va bien à l'école, et que les contaminations, c'est forcément ailleurs. Nous n'accusons pas le ministère de produire intentionnellement des chiffres faux, mais le consensus est désormais largement établi sur le fait que le processus de fabrication de ces chiffres n'est pas fiable. En Allemagne, la chancelière elle-même reconnaît que seuls 25% des contaminations sont traçables (source). De même, certains propos tenus sur le degré de contagiosité des collégiens mériteraient que l'on présentât des excuses.

Contact :

Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr , 06 16 72 86 56


Calendrier

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
183 Abonnés
   up  Haut  up  

Site fonctionnant sous GuppY v4.0.3 - Licence Libre CeCILL - © 2004-2006