SNALC - ACADEMIE DE LYON

 

http://snalc.lyon.free.fr

 

A NOTER !

La réforme de la voie professionnelle, c'est NON !

Il en est de même pour celle du lycée !

Le SNALC s'est également opposé au PPCR et à la réforme du collège.

 

Adhérer au SNALC

+ Qui sommes nous ?
+ Comment adhérer
+ Un syndicalisme professionnel

Votre carrière

+ Nos guides
+ Personnels enseignants du premier degré
+ Personnels enseignants du second degré : Mutations
+ Personnels enseignants du second degré : Stagiaires
+ Personnels enseignants du second degré :

Nous contacter

Présidente d'honneur:

 Annick Richard

Président académique:

Christophe Paterna
61 allée de la font bénite
42155 saint Léger sur Roanne
06 32 06 58 03

Vice-président académique:

Didier Gallant

04 77 72 46 29

snalc-lyon@orange.fr

 

Secrétaire Académique :

Olivier Gay

snalc-lyon@orange.fr

 

Trésorière Académique :

Sylviane Arweiler

36, Avenue du château

69003 Lyon

04 72 33 21 16

arweiler.snalc@wanadoo.fr

 

SNALC ECOUTE :

01 84 60 89 87

snalc.ecoute@gmail.com

Gestion des agrégés (et PRAG):

Didier Gallant

04 77 72 46 29

Gestion des certifiés (et PRCE) :

Sylviane Arweiler

04 72 33 21 16

arweiler.snalc@wanadoo.fr

Christophe Paterna

06 32 06 58 03snalc-lyon@orange.fr


 

 

news.gifNouvelles


Communiqué de presse du 5 novembre 2020 - par Paterna le 05/11/2020 - 22:40

ALLÈGEMENTS DES EFFECTIFS :

UN PREMIER PAS SALUTAIRE

Dans le très grave contexte sanitaire que nous connaissons, encore rappelé tout à l'heure par le Ministre de la Santé, le SNALC a pris connaissance des nouvelles prises de positions du Ministre de l'Éducation nationale.

Ce dernier, dans des messages adressés au personnels, indique enfin qu'« afin d’assurer la continuité pédagogique pour les élèves tout en garantissant la protection maximale pour les personnels et les élèves des lycées, des plans de continuité pédagogique vont être mis en place chaque fois que cela sera nécessaire. Ces plans vont permettre de maintenir un accueil des élèves sur au moins une partie du temps scolaire et d’assurer la continuité de leur apprentissage. »

La version pour les chefs d'établissement détaille davantage le cadre d'organisation, et annonce qu'une instruction ministérielle sera bientôt adressée.

Pour le SNALC, c'est une prise de conscience très tardive, mais c'est une prise de conscience. Depuis la deuxième quinzaine de septembre, nous appelions le ministère à préparer les conditions de mise en œuvre de son plan de continuité pédagogique et à commencer à l'appliquer là où le virus circulait. Nous espérons n'avoir pas été entendus trop tard.

Le SNALC appelle donc tous les personnels des lycées à mettre en œuvre au plus vite des organisations permettant la distance physique en classe et à la cantine, et assurant de limiter le brassage dans tous les autres lieux. Il demande aux recteurs et DASEN de faciliter les choses, et de privilégier l'urgence sanitaire sans attendre la réalisation d'un beau plan de continuité de 20 pages. Il rappelle qu'un travail d'échange de qualité doit être mené avec les parents, pour que tout le monde comprenne bien les enjeux sanitaires et travaille à des solutions acceptables par tous.

À ce sujet, le SNALC rappelle au ministère et aux rectorats que nous avons besoin de personnels, mais aussi d'un travail immédiat avec les collectivités locales pour pouvoir accueillir les élèves dans des tiers lieux, avec un encadrement et du matériel informatique, les jours où ces derniers ne sont pas dans le lycée.

Enfin, le SNALC demande que cette disposition soit élargie aux collèges et aux écoles primaires qui le souhaitent, en garantissant là aussi que les enfants soient pris en charge les jours où ils ne sont pas en présence, dès que les parents en font la demande.

Conscient que c'est aussi par la pression unitaire que nous avons obtenu ces directives, le SNALC maintient son appel à la grève du 10 novembre, mais uniquement pour les écoles et établissements dans lesquels ces annonces resteraient lettres mortes.

Contact :

Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr , 06 16 72 86 56


Communiqué de presse publié le 31 octobre 2020 - par Paterna le 31/10/2020 - 19:06

Communiqué de presse du SNALC
PUISQUE NOTRE MINISTRE EST DÉFAILLANT, PRENONS NOS RESPONSABILITÉS


Communiqué de presse publié le 31 octobre 2020
Par Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr



Le SNALC fait le constat que notre propre ministre nous met, personnels de l'Éducation nationale, dans une situation intenable à partir de lundi. Le choix contraint dans lequel il nous a enfermés, c'est soit celui de la soumission à un protocole sanitaire « dans la mesure du possible », qui n'est ni fait ni à faire, et dont les rares nouvelles mesures sont souvent inapplicables ; soit la mise au pilori en place publique et médiatique si nous osons nous opposer. Le ministre peut bien ne pas tenir les engagements qu'il a pris publiquement au printemps sur les « groupes restreints » d'élèves et qu'il a fait mettre par écrit en juillet (dans le plan de continuité pédagogique) : il sait et nous savons tous que la lutte sur le plan de la communication est inégale entre lui et nous.

Le SNALC refuse pourtant de se laisser enfermer.

Puisque notre ministre est défaillant, il appelle l'ensemble des personnels de l'Éducation nationale à prendre les décisions que le ministre refuse de prendre pour protéger personnels, élèves et familles, dans le cadre des prérogatives de chacun (IEN, directeur d'école, chef d'établissement).

Par exemple, pour les collèges et les lycées, le SNALC appelle chaque chef d'établissement à se saisir de l'article R421-10 du code de l'éducation, qui indique qu'il « prend toutes dispositions, en liaison avec les autorités administratives compétentes, pour assurer la sécurité des personnes et des biens, l'hygiène et la salubrité de l'établissement ». Un chef d'établissement peut donc pallier la défaillance ministérielle et mettre en place un accueil par demi-classes ou groupes à effectifs réduits, avec alternance sur la journée ou la semaine.

Le SNALC appelle chaque personnel, mais aussi les collectivités locales, les fédérations de parents d'élèves et les associations partenaires de l'école, à collectivement soutenir les chefs d'établissement, directeurs et IEN dans cette démarche, afin que tout élève qui ne pourrait rester à son domicile les jours où il ne se rend pas en cours soit accueilli et encadré dans d'autres lieux mis à disposition, avec du matériel informatique. Nous ne demandons pas aux parents de faire cours aux élèves et voulons maintenir les écoles, collèges et lycées ouverts tant que cela ne met pas en péril l'équilibre de notre système de santé.

De même, nous devons pouvoir mettre en place toute organisation qui permet aux personnels de se réunir lundi matin jusqu'à 10h sans laisser des élèves à la porte de nos écoles, collèges et lycées (accueil par les collectivités, accueil par des personnels volontaires pour l'assurer dans les écoles et établissements, etc.), dans le respect du plan VIGIPIRATE « urgence attentats ».

Puisque notre ministre ne nous accorde ni son soutien, ni sa protection, alors passons-nous de ministre et mettons en place nous-mêmes les conditions sanitaires acceptables à la poursuite de l'École. Et rendons un hommage décent à Samuel Paty.

Enfin, le SNALC en appelle au Président de la République et au Premier Ministre. Vous devez prendre conscience de la gravité de la situation dans l'Éducation nationale, sur laquelle vous avez probablement été mal informés et mal conseillés, et prendre les décisions qu'il vous revient de prendre, au plus vite.


Communiqué de presse du 28 octobre 2020 - par Paterna le 29/10/2020 - 17:53

> Communiqué de presse du 28 octobre 2020

ÉCOLE : ON OUVRE, MAIS COMMENT ?
Le SNALC a pris connaissance de l'annonce du Président de la République selon laquelle les écoles, collèges et lycées resteront ouverts pendant le confinement, avec un « protocole sanitaire renforcé » qui n'a pas été développé.

Le SNALC participera demain à 20h à une réunion au ministère durant laquelle ce protocole sera, sans nul doute, détaillé (s'il ne l'a pas déjà été au cours de la journée).

Le SNALC continuera de demander l'application du plan de continuité pédagogique du ministère, à savoir la diminution des effectifs par classe sous forme de demi-groupes. Cette mesure limite réellement le brassage et permet la distanciation physique tout en évitant le « tout à distance » qui crée du décrochage scolaire. Il abordera également de très nombreux autres points, tels que (liste non limitative) le jour de carence, la nécessité d'éviter de mélanger présentiel et distanciel pour un même enseignant, les cantines, l'EPS, les masques en élémentaire, les personnels vulnérables, les réunions, la protection des AED et AESH, le statut des BTS et des CPGE, etc.

Le SNALC a pris note de la fermeture des universités, qui semblait une évidence.

Compte tenu de la gravité de la situation sanitaire de notre pays, il est bien évident que si l'on présentait au SNALC un protocole bricolé et à peine adapté par rapport à l'actuel, le SNALC saurait prendre ses responsabilités.

Contact :

Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr , 06 16 72 86 56


Communiqué de presse du 16 octobre 2020 - par Paterna le 16/10/2020 - 23:46

QUE JUSTICE SOIT RENDUE À NOTRE COLLÈGUE
C'est avec effroi que le SNALC a appris l'assassinat d'un professeur d'histoire-géographie du collège du Bois d'Aulne de Conflans Sainte-Honorine

D'après les premiers éléments évoqués, notre collègue aurait été tué car il aurait exercé son métier : enseigner. Nous sommes évidemment en attente d'informations fiables.

Le SNALC adresse toutes ses condoléances à la famille de la victime. Nous suivrons bien entendu cette affaire et n'hésiterons pas à interpeller les autorités compétentes en fonction des éléments dont nous disposerons. Mais ce soir nous pleurons notre collègue et demandons que justice lui soit rendue.
                                 Hommage à Samuel PATY

Un rassemblement se tiendra ce dimanche 18 octobre à 15h Place Bellecour à Lyon en hommage à notre collègue assassiné.  Un communiqué intersyndical reprenant l'appel lancé au niveau national sera lu ( https://www.snalc.fr/national/article/6012/ ).

Rassemblement à 17 heures à Saint-Etienne devant la Préfecture, à Bourg-en-Bresse à 15 heures devant la Préfecture.

Rassemblement à Roanne le lundi 19 octobre à 18h30 devant la sous-préfecture.

Contact :

Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr , 06 16 72 86 56

Communiqué de presse du 16 octobre 2020


Compte rendu d'audience le 18 septembre 2020 - par Paterna le 20/09/2020 - 19:57

RENTRÉE, SALAIRES: AUDIENCE ENTRE

 LE SNALC ET LE CABINET DU MINISTRE

RENTRÉE, SALAIRES


AUDIENCE ENTRE LE SNALC

ET LE CABINET DU MINISTRE


18 septembre 2020


© : CC0 Domaine public - pxhere.com/



Compte rendu d'audience publié le 18 septembre 2020
Par Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr


SITUATION SANITAIRE
Allègement du protocole

Le ministère signale à ce jour 2100 classes fermées et autour de 80 structures fermées. Il anticipe la poursuite d'un mouvement de fermeture/ouverture (« stop&go »).

Le SNALC revient sur les annonces du ministre de la santé de la veille, ainsi que sur l'avis du haut conseil de santé publique, qu'il a étudié en amont de l'audience. Il se fait confirmer que
  • rien n'est amené à changer au niveau des collèges et des lycées ;
  • dans le primaire, les enfants d'une même classe qu'un enfant positif ne seront plus cas contacts. Les adultes dans la classe (enseignant, AESH, ATSEM…) ne le seront pas davantage ;
  • le port du masque pour les adultes est justifié pour éviter qu'ils contaminent les enfants.

Le SNALC rappelle qu'il n'est pas habilité à se prononcer sur le fond des doctrines sanitaires, et fait état de la très grande variété d'opinions à ce sujet chez les personnels. Il signale que l'avis du HCSP est nuancé et prend un certain nombre de précautions dans ses formulations. Le SNALC indique qu'en termes de communication, il est difficile d'un côté de dire que le virus circule de façon plus active, qu'il faut limiter ses interactions sociales… et de l'autre d'alléger le protocole sanitaire de l'Éducation nationale, lieu d'un nombre considérable d'interactions sociales.

Le ministère signale que la doctrine est renforcée par exemple pour les adultes dans les crèches, mais reconnaît qu'à l'Éducation nationale, c'est un allègement.


Masques

Le SNALC fait le retour de ses remontées de terrain, et notamment des enquêtes qu'il a menées dans plusieurs académies touchées par le virus. Deux points ressortent clairement : un manque de masques fournis aux personnels du premier comme du second degrés, et un relâchement dans le port du masque chez les élèves, notamment en dehors des salles de classe.

Le ministère va enquêter sur les difficultés à fournir des masques aux personnels. Selon lui, les stocks distribués sont à la hauteur.

Le SNALC signale qu'une fois encore, on manque de clarté. On devrait établir qu'entre deux périodes de vacances scolaires, un personnel doit recevoir un nombre donné de masques, et les lui fournir tous dès le début, point barre.

Le SNALC fait remonter des dérives où l'on force les enseignants à faire un double travail (présentiel + distanciel pour les élèves absents). Il s'opposera à ces dérives.


Communication

Le SNALC demande que l'on rappelle à chaque échelon la doctrine en termes d'information des personnels et des familles quand il y a des cas avérés dans une école, un collège ou un lycée. S'il respecte l'anonymat imposé, il fait état de remontées très imprécises, ou faites seulement à une partie des personnels.

Télétravail

Le SNALC réinterroge le ministère sur la mise en œuvre effective du télétravail, déjà en place pour un certain nombre de collègues.

Le ministère indique que la question du matériel est à l'ordre du jour des groupes de travail de l'agenda social.

Le SNALC demandera systématiquement à faire respecter dès à présent le décret fonction publique, qui indique que « l'employeur prend en charge les coûts découlant directement de l'exercice des fonctions en télétravail, notamment le coût des matériels, logiciels, abonnements, communications et outils ainsi que de la maintenance de ceux-ci. »

Citation:
L'AVIS DU SNALC

Le SNALC a clairement affirmé depuis le début de la pandémie qu'il n'avait pas à se prononcer sur le fond des questions scientifiques, car ce n'est pas son rôle et car il n'en a pas les compétences. En revanche, il est parfaitement compétent pour défendre la santé et la sécurité des personnels. Le SNALC ne peut que constater le manque de réflexion en amont, qui conduit à des ajustements successifs difficilement compréhensibles. Le plan prévu au début de l'été en cas de circulation active du virus (qui prévoyait des effectifs réduits) est resté sur le papier et ne sera pas mis en œuvre. Au-delà du seul ministère de l'Éducation nationale, si la situation venait à se dégrader dans les écoles, collèges et lycées, il y aurait clairement une responsabilité collective des autorités en la matière.




ÉVALUATIONS DE RENTRÉE


Le SNALC signale la surprise de nombreux collègues qui ont découvert qu'une enquête sur la période de confinement avait été intégrée dans ces évaluations.

Le ministère indique que cela avait été indiqué aux chefs d'établissement.

Le SNALC signale que l'information arrive rarement et difficilement jusqu'aux professeurs, les chefs d'établissement étant débordés au vu de la situation actuelle.
Citation:
L'AVIS DU SNALC

On aurait dû faire cette enquête à une autre moment, et prévenir les collègues (et les syndicats représentatifs, accessoirement). Là, ce n'est pas sérieux.



AGENDA SOCIAL/GRENELLE


Le ministère revient sur les groupes de travail prévus à l'agenda social.

Le SNALC participera. Il sera très vigilant sur toute la partie « coopération ». Il rappelle ses revendications en termes de rémunération et sa volonté de défendre toutes les catégories de personnels. Il se félicite de la présence des Conseillers de Formation Continue à l'agenda social, car un gros travail syndical et intersyndical a été fait avec ces personnels et leur association (l'ANACFOC).
Citation:
L'AVIS DU SNALC

On jugera sur pièces.



EAF


En toute fin de réunion, le SNALC redit son incompréhension sur le projet de texte sur l'oral de français. Voir notre communiqué pour davantage d'informations.





contact : info@snalc.fr

Début Précédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantes Suivant Fin

Calendrier

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
183 Abonnés
   up  Haut  up  

Site fonctionnant sous GuppY v4.0.3 - Licence Libre CeCILL - © 2004-2006